HiStOiReS BoUddHiStEs
BOUDDHA, le BOUDDHISME dans TOUS ses ETATS, à travers le PRISME du VOYAGE.


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Mes amis
Album photos

La carte des lieux visités



Rubriques

A1. LUMBINI (1) ou la NAISSANCE du BOUDDHA
A2. LUMBINI (2), NOUVEAU CENTRE de PELERINAGE INTERNATIONAL
B1. KUSHINAGAR ou la MORT du BOUDDHA
B2. JEAN PIERRE, BOUDDHISTE FRANCAIS
C. AVIS DE PILLAGE
D. A PATNA
E1. AUBE A RAJGIR
E2. SHANTI STUPA DE RAJGIR
E3. RAJGIR, TERRE MYSTIQUE
F1. NALANDA
F2. UNIVERSITE de NALANDA
G1. BODHGAYA ou ILLUMINATION 1
G2. BODHGAYA ou ILLUMINATION 2
G3. QUINZE AOUT a BODHGAYA
G4. MONASTERE BIRMAN (BODHGAYA)
I2. SARNATH, MUSEE ARCHEOLOGIQUE
I3. MONASTERES, TEMPLES de SARNATH
J. VISITE a GHOOM (Darjeeling)

Sites favoris

http://inde.uniterre.com
http://inde2.uniterre.com
http://inde3.uniterre.com
http://nepalaises.uniterre.com
http://sikh.uniterre.com
http://route-des-indes.blogspot.com
http://nepalaises.blogspot.com
http://bouddhique.blogspot.com
http://jainiste.blogspot.com
http://hindouistes.blogspot.com
http://durajasthan.blogspot.com
http://gujarates.blogspot.com
http://hindou.uniterre.com
http://darjeeling.uniterre.com
http://jain.uniterre.com
http://vagabonder.uniterre.com
http://georgia.uniterre.com

Newsletter

Saisissez votre adresse email

JEAN-PIERRE, BOUDDHISTE FRANCAIS (juillet 2009).

 

 

JEAN-PIERRE, BOUDDHISTE FRANÇAIS

 

 

 

Je fais la connaissance de Jean-Pierre dans le train de nuit Delhi-Gorakhpur.

Pour cette première rencontre, les sujets de conversations ne manquent pas.

 

 Né en 1960, originaire de la région de Saint Etienne, il voyage en Inde pour la troisième fois.

Cette fois, il a pu décrocher un billet aller-retour vers Bombay à un prix imbattable : moins de 500 euros. A condition de partir en février et de revenir avant Noël ! Soit dix mois et demi...

Il a accepté car il ne travaille plus vraiment en France.

Dernièrement, il exécutait diverses tâches dans un monastère bouddhiste en Isère, contre le logis et le couvert.

 

Il a pratiqué deux vrais emplois.

L'un dans un centre de tri de la poste, comme manutentionnaire et agent polyvalent, je crois.  Après pas mal d'années, il allait être titularisé, quand son poste a été supprimé.

L'autre dans un hôpital, comme chauffeur. Après plusieurs années, il a démissionné ou a perdu cet emploi.

 

En 2008 (ou serait-ce avant ?), il s'est séparé de son amie, a quitté son logement. Bouddhiste, il s'occupe dans ce monastère, est remunéré en nature mais ne reçoit pas d'argent.

Il s'entend bien avec le directeur du monastère, progresse dans sa recherche bouddhiste.

Il me parle de retraite de 3 ans, 3 mois, 3 jours. En a-t-il fait une ?

Non, il n'a jamais fait de retraite, quelles soient longues ou courtes.

 

Depuis février, il a séjourné trois mois au sud de Goa, à Gokarna, sur la mer d'Oman, au Karnataka.

Il connaissait Gokarna grâce à un voyage précédent.

Plages magnifiques. Pas étonnant qu'il soit bronzé.

-"Comment  as tu pu y rester aussi longtemps ? Je me serais emmerdé au bout d'une semaine... A moins d'avoir un livre à écrire..."

-"Si tu connaissais Paradise Beach, et d'autres coins comparables, tu ne parlerais pas ainsi. Et puis maintenant, je connais tout le monde, là-bas. C'est un peu une deuxième maison. Tu dors dans des huttes sur la plage. Tu peux aussi te promener à l'intérieur du pays..."

-"J'aime beaucoup nager, mais je ne peux lézarder au soleil au-delà de quelques jours. Quand j'ai séjourné à Goa fin août 2005, je ne suis pas allé à la plage, préférant visiter Panaji, la vieille Goa et écrire dans les cyberboutiques..."

-"Certaines plages sont aménagées avec des chaises longues, deviennent connues. On y est moins tranquille. Mais il reste des plages, où l'on est vraiment bien." 

 

A Delhi, Jean-Pierre a dormi au refuge des Tibétains, dévoré par les moustiques...

Il venait de Rishikesh, dont il ne me parle pas.

Il poursuit un pèlerinage, comme bouddhiste. Son projet est d'accumuler du karma positif, grâce à un périple aux quatre lieux les plus sacrés du bouddhisme. Il connaît déjà Bodhgaya et Sarnath. Il veux voir maintenant Kushinagar et Lumbini.

-"Je te propose d'aller ensemble demain matin à Kushinagar. De Gorakhpur, un bus y mène en une heure et demie."

-"C'est d`accord. Ensuite, Lumbini est près de la frontière népalaise. Quel bonheur ! J'aurai fait un pèlerinage que peu de bouddhistes accomplissent. Après, il me restera le Mont Kailash..."

 

Nous prolongeons cette soirée dans le train alors que, toutes lumières éteintes, beaucoup de voyageurs dorment sur leurs couchettes.

Je parle de Le Corbusier, à cause de ses réalisations en Inde. 

A Chandigarh (le plan d'urbanisme, le palais de justice, le Secrétariat, la Chambre des députés du Pendjab, la Main ouverte,...), à Ahmedabad, ou ailleurs.

Il connaît Le Corbusier grâce à la "Cité du Fada", construite à Firminy, près de St Etienne. Plusieurs amis y ont habité, ou y habitent encore. Les logements sont très agréables, ont le statut d`HLM, ne sont pas chers. La mixité sociale y est réelle. On y trouve des immigrés, comme des bourgeois (architectes, médecins, avocats).

Cependant, une partie des logements a été restaurée. Les loyers y ont fortement augmenté, ce qui écarte les classes populaires...

 

Après minuit et demie, nous décidons d'aller dormir dans nos compartiments respectifs.

Mes deux sacs encombrent ma couchette, mais je dors quelques heures, réveillé à 5h par des bavards matinaux.

Les bavards nocturnes étaient deux Français, seuls étrangers du wagon...

 

Je voyage ensuite avec Jean-Pierre pendant quatre jours.

Le premier jour, nous visitons Kushinagar, où le Bouddha est mort.

Le second jour, nous quittons l'Inde pour le Népal et arrivons à Lumbini, où le Bouddha est né. 

Visite des  temples et monastères les deux jours suivants.

Bus de nuit pour Katmandou, où nous nous séparons vers 6h, en arrivant. Il veut séjourner à huit kilomètres dans un monastère bouddhiste. Je prefère loger au centre de Katmandou.

 

A Lumbini, il refuse d'être pris en photo.

-"Comme tu veux. Je ne prétends pas utiliser ta photo contre ton gré. De plus, je vais certainement écrire sur toi dans mon blog. Tu n'as rien contre ?"

-"Tu peux écrire ce que tu veux. Mais je refuse d'être pris en photo !"

-"C'est d'accord. Les désirs de mister l'iconoclaste seront respectés !" 

 

Dans sa vie, beaucoup de choses ont été très perturbées. Sa vie familiale, sentimentale et amoureuse. Sa vie professionnelle.

Il refuse toute activité professionnelle qui, lui bouffant tout son temps, l'empêche de vivre. Pour le moment, il a suffisamment d'argent en réserve. Il peut prendre son temps, suivre le Bouddha en sa voie du juste milieu.

 

 

 

Nous avons plusieurs conversations sur son bouddhisme.

 

-"Bouddha est le plus grand. Tu dois suivre ses enseignements. Il avait tout. Il était prince, riche, marié, intelligent, heureux, aimé de tous. Il a tout quitté à cause des souffrances du monde. Pour chercher la voie de la délivrance."

 

-"D'autres ont joué un rôle équivalent : Jésus, Mahomet, Mahavira, pour ne citer que ces trois là."

 

-"Aucun rapport ! Peux-tu comparer le Bouddha et Mahomet ?"

 

-"Question non violence, Bouddha triomphe haut la main de Mahomet. Mais imagines-tu Jésus aller à la guerre, y compris prêcher une guerre sainte ?"

 

-"Jésus a fait moins de sacrifices. Bouddha est le plus grand, il n'a pas menti, tu peux lui faire confiance. Tout ce qu'il a découvert est vrai. Le christianisme ne parle ni de karma, ni de réincarnation. Bouddha ne reconnaît aucun Dieu. Chaque individu, grâce à ses efforts, peut atteindre l`Illumination. Que te faut-il de plus ?"

 

 

Jean-Pierre garde deux éléments de stabilité dans sa vie : ses parents et le bouddhisme.

Ses parents l'ont toujours beaucoup aidé.

Son père a placé une somme importante pour son fils quand il a touché des allocations de préretraite.

Jean-Pierre a pu récupérer cette somme des années plus tard, avec d'importants intérêts. Il peut continuer à compter sur ses parents.

Il revient en France le 24 décembre pour passer les Fêtes avec eux.

Jean-Pierre devient lyrique quand il parle des petits plats de sa mère...

 

Je le taquine sur sa gourmandise : il a besoin de manger régulièrement de la viande, dont je me passe aisément.

Il fume sans cesse, au point de trépigner quand le manque de tabac le besogne (train, bus, chambre...)

Son manque de patience (essentielle au routard) m'amuse et je le chambre à l'occasion :

-"Tu n'es qu'un faux bouddhiste, un simili bouddhiste d'occasion, un erzatz occidental nerveux, baffreur et colérique. Penses-tu que le Bouddha soit fier de toi ?"

 

Je dois lui rendre cet hommage.

Jamais il ne proteste contre mon bistouri psychologique d'un pseudo Freud. Cette retenue est méritoire.

De quoi faire tourner en sa faveur son compteur à mérites et accumuler du positif pour son karma !

 

Lionel Bonhouvrier.   



Lien

Publié à 06:51, le 13/07/2009 dans B2. JEAN PIERRE, BOUDDHISTE FRANCAIS, Katmandou
Mots clefs :